Les projets en cours

AIDER SUKUN A RECONSTRUIRE SA MAISON

Après le séisme du 25 avril 2015, l’association avait envoyé une aide d’urgence à Sukun, la grand-mère d’Ajay (notre troisième enfant pris en charge) afin de l’aider à reconstruire sa maison détruite. Depuis elle n’a reçu pour toute aide du gouvernement qu’une couverture et une bâche. Elle n’a pas pu toucher en revanche le montant forfaitaire alloué aux victimes, sous prétexte que son nom n’était pas correctement orthographié dans le registre des sinistrés. Lorsqu’elle est revenue au bureau du district pour justifier de son identité auprès du commissaire en charge de la distribution de l’aide, on lui a dit qu’il était trop tard et que le budget était épuisé… Elle a finalement dû faire un emprunt de 200000 NPR (environ 1800€) pour entreprendre les premiers travaux. Mais il lui faut encore 1000€ pour que sa maison soit vraiment habitable. Nous avons tenté d’intervenir auprès des autorités par l’intermédiaire de la branche népalaise de l’association. Sans succès. C’est pourquoi, nous avons décidé d’envoyer une deuxième aide exceptionnelle de 500€ à cette grand mère courage pour lui permettre de vivre et de pouvoir accueillir son petit-fils pendant les vacances dans des conditions décentes.

Aux dernière nouvelles (fin mars 2017), la reconstruction de la maison de Sukun est achevée et cette grand-mère courageuse pourra accueillir son petit-fils dans des conditions décentes pendant les vacances scolaires.

 

TASI ANGMO

Dernières nouvelles de Tasi:

img_5712
Tasi avec son nouveau survêtement aux couleurs de l’Ecole Fewa

Tasi a enfin pu rejoindre l’école Fewa à la fin du mois de juillet 2016, couronnement d’un an et demi d’efforts conjoints de l’association Chengdoma et de sa branche népalaise qui a fait intervenir le service de l’Aide à l’Enfance du Népal pour faire pression sur les hôteliers.  Sa mère a été retrouvée (ainsi que le nom de naissance de Tasi : Santoshi Khadka) et a donné son accord pour que Tasi soit scolarisée à Pokhara. Malheureusement Tasi n’a pas gardé de bons souvenirs de son enfance à Kathmandou avec sa mère qui l’avait beaucoup négligée. Elle ne souhaite pas pour le moment rester en contact avec elle ni aller chez elle en vacances. Son arrivée à l’école et ses premiers mois de classe  se sont bien passés et elle s’est rapidement fait beaucoup d’amis parmi les élèves. Chengdoma a été immédiatement comme une grande sœur pour elle. Contre toute attente, Tasi a décidé de garder le nom tibétain que lui avait donné les hôteliers et a même souhaité retourner chez eux pour les vacances. Elle affirme qu’ils n’ont jamais été méchants avec elle. Ils se contentaient de l’exploiter…

Tasi enfant exploitée dans un hôtel du Haut Mustang:

Tasi, enfant de 8 ans exploitée dans un hôtel du Haut Mustang
Tasi Angmo dans la salle à manger de l’hôtel Himali à Samar

Tasi Angmo est une petite fille d’environ 8 ans qui nous a été signalé par l’agence de trek Azimut Népal. Elle travaille dans un hôtel de Samar (Haut Mustang).  Les propriétaires l’ont probablement achetée à sa mère à Kathmandou quand elle avait deux ans. Rupak, notre guide et ami, qui avait permis la libération de Chengdoma en 2013, a déjà essayé par deux fois de convaincre ses patrons de la laisser partir étudier à Pokhara. Mais rien à faire. Refus catégorique pour moment. En juillet 2015 une nouvelle  tentative a été faite par Paul Robert, le président de l’association et Rupak, sans plus de succès. Le registre des absences de l’école du village montre qu’elle ne va presque jamais en classe. Pour l’instituteur, elle passe le plus clair de son temps à travailler à l’hôtel. Devant le refus des patrons de l’hôtel de laisser partir, et dans la mesure où il est impossible de retrouver  sa mère, une action légale est envisagée avec la branche népalaise de l’association.